VIDEOS. Mort d'Antoinette Fouque, cofondatrice du MLF - La Parisienne

VIDEOS. Mort d'Antoinette Fouque, cofondatrice du MLF - La Parisienne

Une militante sur toute la planète

Selon Antoinette Fouque (leparisien) il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme. Elle le clame lors d'une manifestation parisienne du Mouvement de libération des femmes. Elle s’engage pour l'opposanteAung San Suu Kyi face à au régime militaire au Myanmar. Tous les combats pour les droits des femmes ont reçu l'engagement d'Antoinette Fouque. Chevalier des Arts et lettres et Commandeur de la Légion d'honneur, elle meurt en 2014.

Un parcours de l'enseignement à la psychanalyse

En plus de sa profession d’enseignante, Antoinette Fouque se fait critique littéraire pour plusieurs sociétés d’édition et rédige des notes de lecture pour une 3e. C’est en 1972 qu'elle prend part à une UV illicite au sujet de la sexualité féminine aux côtés de la philosophe Luce Irigaray. La jeune femme fait la connaissance du fondateur du courant du lacanisme à la fin des années 60. Roland Barthes est son directeur de thèse. Antoinette Fouque prépare un Diplôme d'études approfondies (DEA). C’est au cours de cette période qu’elle fréquente Monique Wittig, écrivaine féministe.

Alliance des Femmes pour la Démocratie : l'engagement politique d'Antoinette Fouque

Toujours dynamique aujourd’hui, l'AFD (Alliance des Femmes pour la Démocratie) fondée par Antoinette Fouque se positionne à gauche. L’Alliance des Femmes pour la Démocratie défend le concept de la parité. Antoinette Fouque siège au parlement européen entre 1994 et 1999, elle s'était présentée sur la liste du Mouvement des Radicaux de Gauche.

Editrice et libraire

Avec Les Editions des femmes, Antoinette Fouque promeut l'élan créateur des femmes. L'ensemble de la production littéraire féminine de l’époque est proposée dans sa première librairie du côté de Saint-Germain-des-Prés à Paris. Elle fonde Les Editions des femmes au tout début de la décennie 1970. Les Librairies des femmes sont inaugurées à la même époque.

Au fil de 3 essais édités entre la fin des années 80 et la décennie 2010, Antoinette Fouque décrit la féminologie. La théoricienne n'était pas tout à fait en phase avec la philosophe Simone de Beauvoir et sa notion du deuxième sexe. Logiquement, Antoinette Fouque a pris part à quelques ouvrages collectifs et à de nombreux entretiens.